[Review] The White Stripes by Mr. Cellophane

Brut? Vous avez dit brut? C’est l’impression qui ressort après l’écoute du premier album des White Stripes. Jamais auparavant, le rock n’avait sonné comme cela. Imaginez un blues du delta bâtardé avec un rock sauvage à la MC5. Le résultat est là, un album froid mais pas « cold ». Brut, c’est bien le mot.

Meg ouvre les hostilités sur Jimmy The Exploder avec une batterie qui tient plus du tambour, Jack instaure très vite un rythme rapide et place sa voix de chat-huant caractéristique. Après ça on se dit que ça va se calmer, mais non ! Les deux continuent sur Stop Breaking Down et The Big Three Killed My Baby, il faut attendre la première apparition de celle qui deviendra la muse des White Stripes : Suzy Lee pour un morceau magnifique à l’intro slidée. Toutes les racines du blues sont là : le dilemme de l’amour, la fille trop belle, faut-il voir en cette Suzy Lee une rivale de Meg face à Jack ? (Ils étaient mariés à l’époque mais pensaient déjà à la séparation…). A côté de ce titre d’une intensité incroyable, Sugar Never Tasted So Good fait presque office de comptine pour enfants. Retour au blues ensuite sur Wasting My Time, mais celui de John Lee Hooker, Jack pousse même le culot jusqu’à reprendre un couplet entier de Blind Willie Johnson sur Cannon. Cette guitare lourde, voire lourdingue, se prolonge sur Astro. Passons sur le mineur Broken Bricks pour aborder When I Hear My Name, nouvel hymne simpliste à la gloire du mal-être adolescent au refrain plus qu’évocateur : « When I hear my name, I wanna disappear… », chanson toujours d’actualité qui ouvre souvent les concerts du duo. L’accalmie revient sur Do, une balade blues-rock où Jack fait preuve d’un « flow » surprenant et montre aussi que sa voix peut être tendre. L’album atteint son apogée sur Screwdriver : chanson foutraque dont on retient plus facilement les couplets que les refrains et le « I’ve got a little feeling going on » répétitif jusqu’à l’entêtement, jusqu’à l’hurlement (l’internement ?). Passons sur One More Cup Of Coffee qui voit l’installation d’un orgue dans un coin et Little People, répétition un peu plan-plan et moins réussie de Screwdriver. Ne parlons pas non plus de Slicker Drip qui n’amène rien de neuf, c’est que les White Stripes ont gardé quelques cartouches pour la fin. Ces perles se nomment St. James Infirmary Blues et I Fought Piranhas. Sur le premier, classique blues repris sur un rythme martial imposé par le piano déglingué, premier morceau sans guitare. Un tel album ne pouvait se finir que par un bijou : I fought Piranhas qui donne une nouvelle idée de ce désir qu’on Meg et Jack de revenir au blues originel en y poussant les potards au maximum, le résultat est ce blues tropical trop beau, la guitare slide poussée à fond jusqu’aux dernières notes.

Le décor est planté, en dehors de quelques petites imperfections, les White Stripes ont prouvé qu’ils avaient les deux pieds dans le rock, un dans le passé très blues, et l’autre dans le futur avec ce son hybride si caractéristique. Cet album prend de la bouteille avec les années. Un excellent premier millésime. Vivement la suite !

Mr Cellophane

Publicités

4 réponses à “[Review] The White Stripes by Mr. Cellophane

  1. nanoo511

    « Broken Bricks « , mineure ???

    Là je suis pas d’accord !

  2. Bass Overcomer

    Oui, moi aussi j’aime beaucoup Broken Bricks, tout comme Little People et Slicker Drip que je trouve assez representatives de ce que sont les WS.
    A part ça, c’est sympa comme critique.

  3. bennylesbonstuyaux

    J’aime beaucoup « One More Cup Of Coffee ». C’est une magnifique reprise de Bob Dylan. C’est mieux que l’original grâce à la voix hantée de Jack White. C’est l’une des plus belles chansons de l’album.

  4. j’ai acheté ce CD après avoir beaucoup de chansons des white et, entre autre, regardé le DVD du live à Blackpool et, au début, je le trouvais maussade. Mais après plusieurs écoutes, je le trouvais franchement bon !! Ma chanson préfèrée est « I fought piranhas » dont je n’arrive toujours pas à saisir le sens des paroles « I fought Piranhas » signifie quelque chose en anglais ou bien pas du tout, parce que franchement je trouve ça bizarre… Si quelqu’un pouvait m’aider !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s